Better Work salue l'accord commercial entre la Jordanie et l'UE

20 juillet 2016

20 juillet 2016

Amman - Le programme Better Work, un partenariat entre l'Organisation internationale du travail (OIT) des Nations Unies et la Société financière internationale (SFI), membre du Groupe de la Banque mondiale, a salué l'accord signé le 20 juillet 2016 à Amman entre le gouvernement jordanien et l'Union européenne qui permettra immédiatement à la Jordanie d'exporter des produits vers l'Europe en franchise de droits de douane pendant une période de dix ans.

La simplification des règles d'origine que les exportateurs jordaniens utilisent dans leurs échanges avec l'UE stimulera les investissements et créera des emplois pour la population locale, ainsi que pour les milliers de réfugiés syriens que le pays accueille.

Commentant l'accord, Federica Mogherini, haute représentante pour les affaires étrangères et la politique de sécurité/vice-présidente de la Commission européenne, a déclaré que la Jordanie, dont l'engagement politique dans la région est remarquable, est un "partenaire clé" de l'Union européenne.

"En tant qu'UE, nous avons tenu notre promesse de soutenir les dirigeants et le peuple jordaniens : La Jordanie verra une augmentation des investissements et la création de plus d'emplois pour les Jordaniens ainsi que pour les réfugiés syriens", a déclaré Mme Mogherini.

La commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström, a déclaré que cet accord élargira l'accès préférentiel au marché de l'UE dont bénéficie déjà la Jordanie, rendant les marchés européens encore plus accessibles aux exportations jordaniennes.

Entre-temps, l'OIT a travaillé en étroite collaboration avec la délégation de l'UE, le gouvernement jordanien et les parties prenantes nationales tout au long des négociations de l'accord en offrant son expertise dans le pays.

Dan Rees, directeur du programme Better Work, a déclaré que cette mesure constituait une étape importante pour les Jordaniens et l'économie du pays.

"Better Work est prêt à travailler avec les parties prenantes nationales pour encourager de nouveaux investissements dans le pays et créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité pour les Jordaniens et les réfugiés syriens. Nous allons développer notre programme dans le secteur de l'habillement et nous sommes prêts à adapter nos services aux besoins des nouveaux secteurs économiques par le biais d'une coopération avec les partenaires de l'industrie", a déclaré M. Rees.

Le nouveau régime s'appliquera à 52 groupes de produits et sera accessible aux producteurs de 18 zones industrielles et zones de développement spécifiques. Au départ, les réfugiés syriens devraient représenter 15 % de la main-d'œuvre, puis 25 % au bout de trois ans.

Le premier ministre jordanien, Hani Mulki, a déclaré que cet accord était l'un des principaux résultats convenus lors de la conférence "Supporting Syria and the Region" qui s'est tenue à Londres au début de l'année. L'accord profitera au secteur industriel du Royaume et donnera aux fabricants jordaniens l'occasion d'améliorer leurs produits, leurs normes et leurs spécifications.

Le ministre jordanien de la planification et de la coopération internationale, Imad Fakhoury, s'est félicité de la signature de cet accord et a déclaré que la simplification des règles d'origine devrait attirer les investissements locaux et étrangers, ouvrir de nouveaux marchés et assurer une plus grande diversité des exportations jordaniennes.

Il a ajouté que cette nouvelle opportunité compensera les pertes subies par le secteur en raison de la fermeture des frontières avec les pays voisins turbulents, en particulier l'Irak et la Syrie.

Nouvelles

VIEW ALL

S'abonner à notre lettre d'information

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles et publications en vous abonnant à notre lettre d'information.