• Histoires de réussite

Profil : Les travailleuses de l'habillement en Jordanie

6 mars 2015

6 mars 2015.

Hortancia-Raharimanalina

Hortancia Raharimanalina - Madagascar

C'est un nouveau départ pour moi. Je voulais acquérir de nouvelles compétences, mais j'ai aussi besoin d'argent pour aider mes parents et mes garçons", explique Hortancia Raharimanalina. Elle est arrivée en Jordanie en 2013 pour travailler dans une usine de la zone industrielle d'Al Hassan. Bien qu'il s'agisse de sa première expérience à l'étranger, loin de son foyer et de ses trois jeunes enfants, elle estime que l'expérience a été positive.

Elle raconte que grâce à son travail en Jordanie, elle a pu construire une nouvelle maison pour ses parents et ses enfants restés au pays. Elle espère pouvoir continuer à subvenir aux besoins de ses enfants et, un jour, les envoyer tous à l'université.

Nan-Aye-Mar-Htwe

Nan Aye Mar Htwe - Birmanie

Depuis son arrivée en Jordanie en 2008, Nan Aye Mar Htwe a vu sa carrière progresser. J'ai travaillé de longues heures et j'ai travaillé dur. Après avoir travaillé comme opératrice de machine pendant un an", dit-elle, "mes supérieurs ont remarqué que j'avais les compétences nécessaires pour enseigner à d'autres filles". "Mon supérieur a remarqué que j'avais les compétences nécessaires pour enseigner à d'autres filles comment utiliser les machines, et il m'a demandé si je voulais devenir chef de ligne.

Elle envoie une partie de son argent à ses parents et à ses frères et sœurs restés au pays, et elle économise également en vue d'ouvrir un jour sa propre entreprise. Je pourrais ouvrir un petit commerce de vêtements. L'argent que nous gagnons en travaillant ici vaut beaucoup chez nous, alors peut-être que je pourrai ouvrir ma propre usine", dit-elle.

Soe-Myat-Thu

Soe Myat Thu - Birmanie

Soe Myat Thu s'est installée en Jordanie il y a sept ans. "Au début, je me sentais seule. Je n'avais pas beaucoup d'amis et j'avais souvent envie de rentrer chez moi, mais j'avais besoin d'argent pour subvenir aux besoins de ma famille", explique-t-elle. Au bout de trois ans, Soe Myat Thu a été promue à un poste de superviseur. Aujourd'hui, elle dit avoir de nombreux amis qui sont aussi proches que la famille. Bien que son mari soit en Malaisie et qu'ils ne se voient presque jamais, elle espère que dans deux ans environ, ils auront tous les deux assez d'argent pour rentrer chez eux, ouvrir un magasin de vêtements et fonder une famille.

Sriykanthi

Sriykanthi - Sri Lanka

Sriykanthi est l'une des rares femmes à travailler sur une machine à découper dans une usine. J'ai commencé comme opératrice de machine et mon directeur m'a demandé si je voulais devenir superviseur, mais j'ai refusé parce que je ne veux pas de ce genre de travail. J'ai demandé à mon directeur si je pouvais faire fonctionner la machine à découper et il a accepté", explique-t-elle.

Elle explique qu'elle aime le travail physique et qu'elle y est habituée, car elle a travaillé dans des usines pendant de nombreuses années à Oman et à Dubaï avant de s'installer en Jordanie. Le fait qu'elle envoie de l'argent au pays a contribué à améliorer le mode de vie de sa famille.

Je suis en train de leur construire une maison et j'aimerais rester en Jordanie un peu plus longtemps pour pouvoir faire plus pour ma famille", dit-elle.

Deepthi-Priyangika

Deepthi Priyangika - Sri Lanka

Il y a quelques années, le père de Deepthi Priyangika est décédé. Devenue le seul soutien de famille, elle a déménagé en Jordanie pour aider à subvenir aux besoins de sa mère et de ses deux jeunes sœurs. "L'une de mes sœurs vient de commencer sa première année d'études de médecine. Je suis fière d'elle et j'espère pouvoir continuer à la soutenir", dit-elle.

 

Shilpi-Akhther

Shilpi Akhther - Bangladesh

Après avoir quitté le Bangladesh pour s'installer en Jordanie, Shilpi Akhther a travaillé comme opératrice de machine avant d'être promue superviseuse de ligne.

Je suis maintenant responsable d'environ 4 000 travailleurs bangladais. S'ils ont des problèmes, j'en parle à la direction. J'essaie de les aider, qu'il s'agisse de questions liées au travail ou à leur logement.

Après avoir obtenu une promotion, Shilpi a convaincu son mari de s'installer en Jordanie. Il travaille désormais dans la même usine que sa femme. Mon fils, qui vit toujours au Bangladesh avec ma mère, me manque. Mais pour nous, les gens avec qui nous travaillons sont comme une famille - tous les 4 000 !

Nouvelles

VIEW ALL
Faits marquants 26 avril 2024

La psychologue Sahar Rawashdeh contribue à améliorer les soins de santé mentale pour les travailleurs de l'industrie de l'habillement en Jordanie

Faits marquants 21 mars 2024

Le rapport annuel de Better Work Jordan montre les défis et les progrès réalisés dans le secteur de l'habillement

Communiqué de presse 29 février 2024

Cultiver le leadership féminin et la participation syndicale dans le secteur de l'habillement en Jordanie

Communiqué de presse 19 déc. 2023

Better Work Jordan : Les parties prenantes collaborent à l'élaboration d'un projet de mécanisme de règlement des griefs dans le secteur jordanien de l'habillement

Histoires de réussite 3 déc. 2023

Journée internationale des personnes handicapées : De l'artisan brodeur au membre du comité syndical, l'histoire de la réussite de Sajida

Formation 20 Nov 2023

Better Work Jordan et un syndicat sensibilisent à la lutte contre la traite des êtres humains dans le secteur de l'habillement

Partenariats 31 oct. 2023

Le comité consultatif Better Work Jordan se penche sur les nouvelles réglementations gouvernementales en matière de SST

Histoires de réussite 6 juillet 2023

Briser les barrières : Le parcours de Yahya en matière de lecture, d'écriture et de résilience

Accueil mondial 22 juin 2023

Réduire la stigmatisation liée à la santé mentale et créer un environnement de travail plus sûr dans les usines de confection en Jordanie : Le parcours d'une travailleuse

S'abonner à notre lettre d'information

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles et publications en vous abonnant à notre lettre d'information.